Oh des tomates!!

Au printemps j’ai rempoté mes jardinières. J’ai retiré les plants, j’ai cassé la terre, je l’ai mélangé avec du compost maison (celui de mon lombricomposteur) et de la fibre de coco. J’ai remis fraisier et basilic (vous savez celui que j’ai récupéré dans une cagette anti-gaspi) en place. Quelques semaines plus tard j’ai vu des plantes sortir de terre. Les feuilles me rappelaient quelque chose, du coup je les ais laissé pour voir ce que c’était. J’ai eu la réponse assez vite grâce à l’odeur des plantes, il s’agissait de pieds de tomates! Je n’ai pas planté de graines de tomate dans mes pots, mais après réflexion je me suis souvenue que je mettais les pépins de tomates dans mon lombricomposteur (oui je sais pas bien). Et ceux sont ces pépins qui ont germé et m’ont donné une dizaine de pieds, dans mes mini jardinières sur le rebord de ma fenêtre de cuisine. Je vous laisse imaginer le paravent végétal que c’est devenu (le plus haut pied fait plus d’un mètre. L’été avançant, j’ai vu des petites boules vertes se former. J’étais toute contente!!! Bon par contre je n’avais aucune idée du type de tomates que cela allait donner! Les tomates ont grossi jusqu’à devenir aussi grosses que des balles de ping pong, puis elles ont commencé à rougir sous le soleil de plomb de la fin août. Au final j’ai obtenu une petite tomate qui ressemblait à une Marmande et deux rondes classiques. Il me reste encore une tomate sur un pied, une ronde classique. J’ai quelques pieds qui ont fait des fleurs tardives. Du coup je me suis dit que j’allais encore les laisser un peu voir si cela veut me donner d’autres petites tomates, car les premières étaient délicieuses!

J’en ais parlé à mon maraîcher bio qui du coup m’a expliqué qu’en fin de saison, il mettait des tomates abîmées dans des bacs en polystyrène (ceux des poissonniers). Tomates qu’il laissait pourrir, puis couvrait d’un peu de terreau avant de mettre sous serre. Au printemps, les plants de  tomates poussent tout seul. Il n’a plus qu’à les repiquer en terre.

Nous avons tendance à oublier que la nature sait très bien se débrouiller toute seule, les pieds de tomates en sont la preuve! En tous cas ces tomates ont été une belle surprise et ont confirmé que le compost était une très bonne initiative!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s