Bordeaux Avril 2018

J’ai eu l’occasion de passer un week-end à Bordeaux courant avril avec Super Mum et Super Sister n°2.

J’ai découvert cette jolie ville à pied et à vélo, j’ai été cependant un peu déçue de la propreté de la ville.

20180424_123954

« Déchets » ramassés

 

 

Qu’à cela ne tienne, me voilà à ramasser deux-trois déchets afin de les mettre à la poubelle, puis je me suis retrouvée à faire mon shopping de vacances avec ce que je trouvais. Je me suis retrouvée avec des éco-cup, dont l’une à l’effigie de Bordeaux, des crayons gras, des livres (quelqu’un avait eu la bonne idée de laisser des cartons de livres sur une grande place dans lesquels nous avons trouvé quelques pépites!) etc. Du coup je me suis retrouvée un peu embêtée car je n’étais partie qu’avec un sac à dos et ma trottinette pour le week-end.

20180424_124035

Achats de seconde main

Mais fruit du hasard, à la fin du marché aux puces j’ai trouvé dans les invendus laissés sur place, une valise vintage un peu cabossée. Après quelques coups bien placés pour redresser les bords elle fermait parfaitement et m’a permis de transporter mes trésors des rues ainsi que les petits achats que j’ai fait à la brocante des Quinconces et aux puces.

 

 

 

 

J’ai profité de mon escapade pour me rendre (enfin!) dans un Day By Day celui d’Eddy et dont vous trouverez la page Facebook ici. Du coup j’en ais profité pour faire le plein (notre Day By Day n’ouvrira pas avant quelques mois). J’ai donc pris un savon au Monoï (que mon Geek de compagnie s’est approprié), un shampoing solide « Détox » qui franchement m’a conquise, du dentifrice solide avec sa petite boîte de transport (un des meilleurs dentifrices que j’ai eu l’occasion de tester). En alimentaire je me suis laissée tenter par du thé noir, des biscuits apéritifs chèvre-romarin (Miam!) et des mini-saucissons pour offrir à Mister-je-te-vole-ton-savon-au-Monoï.

Pour ce voyage j’ai opté pour le covoiturage en tant que passagère, pas de conduite, pas de stress, prix raisonnable et surtout de supers rencontres avec les conducteurs et les autres passagers. Un mode de transport que je recommande à tout le monde. Car outre le fait de voyager à moindre coût, cela permet également de diminuer l’emprunte carbone de nos déplacements.

Publicités

Trésors de plage

Lors d’un week-end en famille nous avons fait une petite excursion à la mer. Avec une de mes soeurs nous voulions ramasser des déchets sur la plage. Munies de sacs poubelles nous voilà parties affrontées le vent et le froid afin de ramasser quelques déchets.  Quand je dis quelques… nous avons été décontenancées par la quantité de déchets sur la plage, certains laissés par des promeneurs, d’autres ramenés par les vagues. Très vite avec Super Sister n°2 nous nous sommes rendues compte que nous n’aurions jamais assez de sacs.  « Heureusement » nous avons trouvé un sac cabas encore à peu près potable à moitié enfoui dans le sable qui nous a permis de ramasser quelques déchets supplémentaires, plus une espèce de grande cagettes en plastique cassée. Nous avons rempli le coffre (voiture familiale version break) de la voiture de Super Mum et nous avons trié les déchets chez elle afin de faire recycler ce qui pouvait l’être (les bouteilles plastiques, les canettes etc…), remplir un joli sac de bouchons de bouteille pour l’association des Bouchons et pour ma part j’ai gardé une poignée de stylos (oui j’ai trouvé des stylos et des feutres à la plage!) pour les donner à une brigade d’écriture. Malgré ce tri, nous avons du jeté plusieurs centaines de litres de déchets (j’ai mesuré en sac) dans la poubelles des non-recyclables.

Durant cette petite cession de ramassage nous avons croisé beaucoup de promeneurs sur la plage. Tous nous regardaient avec étonnement. Certains murmuraient entre eux que c’était une bonne initiative. Très peu sont venus nous parler. Les quelques personnes qui sont venus nous voir, nous ont félicité et remercié pour notre action. J’en profitais alors pour demander à ces personnes d’agir également, sans forcément ramasser les déchets sur la plage mais en limitant leur consommation, de cotons-tiges et de pailles par exemple que nous avons retrouvé à foison. J’espère sincèrement que ces personnes ont entendu notre appel et qu’aujourd’hui ils regardent un peu plus attentivement les déchets qu’ils jettent à la poubelle ou dans les toilettes, car même si il ne s’agit que de quelques individus c’est déjà un premier pas.

Et comme vous l’aurez deviné, quelques petits déchets ont atterri dans mes valises, un cube de construction que je vais donner à quelqu’un qui en a déjà de cette marque (je sais qu’il y en a dans la salle d’attente de mon ostéopathe par exemple), un cube de construction Légo avec une structure de plante de la même marque (en fait il suffit de mettre les fleurs sur les tiges), la tête de la dragonne dans Shrek (bon j’avoue c’était juste pour la montrer à Super Geek, maintenant je ne sais pas quoi en faire), un coquillage et une nacre et enfin un ruban que j’ai trouvé en retournant à la voiture (« Je suis extraordinaire » « Je suis une super-héroïne » « J’ai des méga pouvoirs ») qui m’a beaucoup ému étant donné les circonstances dans lesquelles je l’ai trouvé.

20180215_095949.jpg

Ramasser des déchets sur la plage est très simple, il ne faut pas avoir peur du regard des autres (j’ai envie de dire que si certains devraient être mal à l’aise cela ne doit pas être ceux qui ramassent!), prévoir quelques sacs poubelles et/ou des seaux et des cagettes, éventuellement des gants ou un outils pour gratter. Il faut rester prudent car on n’est pas à l’abri de tomber sur des déchets coupants ou dangereux (ou des crabes aussi).

Allez, je vous mets au défi de ramasser au moins 1 déchet sur la plage cet été pendant vos vacances!