Specials/ Scott Westerfield

Aujourd’hui je vous présente un livre que j’avais acheté il y a quelques années lors d’un déstockage. Franchement je ne m’attendais pas à ce genre d’histoire. Je l’avais commencé à l’époque mais il ne m’avait pas plu et je l’avais donc laissé de côté. Je l’ai ressorti du placard et je l’ai lu en entier. Et du coup, même si je ne suis pas franchement fan je ne regrette pas de l’avoir lu.

Il s’agit d’un livre de science-fiction dans la lignée de Divergente. Une autorité dirige d’une main de fer une ville, où la population est divisée en plusieurs groupes.

L’histoire est celle de Tally une jeune fille qui a su se faire remarquer et qui a grimpé l’échelle sociale, ainsi elle a pu bénéficié d’une opération qui l’a rendue Special, belle et cruelle à la fois. Elle fait désormais partie d’une sorte de police les Special Circumstance. Mais contrairement aux autres jeunes qui ont bénéficié de l’opération et rejoint les Specials, elle n’oublie pas ses anciens amis. Et lorsque les autorités vont lui demandé de détruire le mouvement rebelle auquel appartiennent ses anciens amis elle va devoir faire un choix.

Pour la petite histoire, les Specials sont des humains qui ont subi des opérations afin de les optimiser, squelette renforcé, puces électroniques etc. Ils ne sont plus vraiment humain en fin de compte, ils deviennent des machines et agissent comme tel. Pour le reste de la population, ils sont regroupés en fonction de leur capacités intellectuelles et physiques qui vont de pair. Si on arrive à monter l’échelle sociale on subira différents opérations pour nous rendre plus beau et plus intelligent.

Un livre à lire par curiosité donc…

Journal d’une minimaliste en devenir…

Comment en étions-nous arrivé là? Comment avons-nous pu nous laisser envahir? Pourquoi avons-nous tant acheté? Aujourd’hui il faut ranger. Les placards débordent, l’armoire de la chambre ne ferme plus. Les gadgets et accessoires inutiles s’accumulent… J’étouffe!!! Et je pleure aussi, devant ce gaspillage, ce gaspillage d’argent, de temps, de ressources. Aujourd’hui je vais tenter de réparer. Aujourd’hui j’ai décidé d’être responsable, d’accepter notre défaite face à la société de surconsommation. Aujourd’hui je prends les armes, je souhaite dé-consommer et consommer responsable, aujourd’hui j’ai décidé d’être minimaliste et éco-responsable car je suis citoyenne de la Terre avant toute chose. Aujourd’hui j’ai pleuré, mais demain je me battrais.

Demain je commencerais à vider nos placards, enlever d’abord le surplus complètement inutile, les trucs cassés, sans valeur.

Après-demain constatant que mes efforts de la veille n’auront pas été suffisant j’irais plus loin. Je me débarrasserais de plus de choses encore. Mais pas assez.

La semaine suivante je me rappellerais ma motivation première, puis je me débarrasserais de presque tout. De quoi avais-je donc réellement besoin? De mes livres préférés, d’une jolie tasse pour boire mon thé, d’une couverture toute douce pour me pelotonner durant mes lectures. De quoi d’autre? De beaucoup, non de peu, de l’essentiel, de l’utile et de l’agréable, les deux à la fois. Au-delà du besoin il y a aussi le désir. Qu-est-ce que je veux? Moins de choses mais de meilleure qualité, du beau, du doux, du solide, de l’amour, de la liberté, des repas simples mais goûteux. Je veux un cahier et un joli stylo à encre violette pour coucher mes pensées sur le papier.

Less is More…

L’Art du rangement/Marie Kondo

Lorsque j’ai décidé de passer au Zéro Déchet, je me suis rendue compte qu’il était devenu crucial que je désencombre notre logement, car cela fait partie de la démarche ZD, et puis de toutes façons, je ne pouvais plus vivre dans un logement aussi encombré! Je me suis mise alors à trier sans grands résultats. Cherchant de l’aide auprès de mes amis les livres, je suis tombée sur le Best-Seller de la japonaise Marie Kondo : L’art du rangement. J’ai lu le livre assez rapidement, trop rapidement. J’ai du le lire une seconde fois pour un saisir pleinement le sens car entre les techniques de tri et les histoires de ses clientes on peut se perdre rapidement.

Donc Marie Kondo, préconise un tri par catégorie et non par pièce, car nous avons des objets d’une même catégorie répandus au quatre coins de la maison. Elle conseille de commencer le tri par les vêtements, puis les livres, les papiers, les objets divers de la maison (linge de lit, ustensiles de cuisines), les objets divers particuliers (loisirs créatifs, bureau etc.) et enfin les komonos c’est à dire des objets divers mais qui ont une charge émotionnelle forte, comme les photos ou les souvenirs.

Le but est de prendre une catégorie d’objet, de rassembler tous les objets de cette catégorie à même le sol dans une même pièce, ensuite il faut prendre chaque objet dans ses mains, si l’objet en question nous procure de la joie, nous pouvons garder cet objet sinon il faut s’en débarrasser. C’est assez lourd et long comme méthode, mais les résultats peuvent être spectaculaires. Petit détail qui me chiffonne la japonaise parle de jeter, bien qu’elle précise dans un coin de page que nous pouvons certes vendre ou donner les objets que nous ne voulons plus, tout au long du livre elle parle de jeter et de sacs poubelles, je trouve cela dommage de tout jeter, je pense qu’il vaut mieux donner à des associations si vous ne souhaitez pas prendre le temps de vendre et ainsi dire non au gaspillage.

Pour ma part je n’ai pas suivi la méthode KonMari jusqu’au bout. Nous avons commencé par le tri des vêtements, mais nous n’avons pas fait un tri aussi drastique que le demandait la méthode. Nous n’avons éliminer que les vêtements qui étaient trop petits, trop abîmés. Nous avons tout de même éliminé la moitié de l’armoire. Depuis que nous avons fait le tri de la garde robe (il y a un an maintenant) j’ai décidé de réduire encore plus ma garde robe et de tenter une Wardrobe Capsule. J’ai recommencé le tri, qui est toujours en cours et j’ai investi dans des boîtes afin de faire les pliages de vêtements à la KonMari.

J’ai du ensuite m’attaquer à ma bibliothèque, ce qui a été très éprouvant pour moi. Je n’ai pas éliminé autant de livres que j’aurais du, mais petit à petit je me rends compte que certains livres n’ont plus d’intérêts pour moi et je vais surement refaire un tri bientôt.

Nous nous sommes ensuite attaquer aux papiers administratifs, ce fut un grand moment de joie… ou pas! Des heures à trier, des kilos de papiers à recycler ou à détruire… Cependant je me suis rendue compte que nous n’avions  pas éliminé tout ce qui devait l’être, du coup il y a quelques semaines avec l’ogre on a retroussé nos manches et ressortis les cartons. Nous avons éliminer un bon panier encore de paperasse, nous avons étiqueté toutes les pochettes (on avait oublié de le faire la fois d’avant), bref, cette fois-ci c’est bon! Attention cependant à ne pas tout jeter, pour connaitre les délais de conservation des papiers administratifs il faut se rendre sur le site du gouvernement. Petite astuce supplémentaire, sur les pochettes nous avons noté la durée obligatoire de conservation de chaque papier, par exemple les bulletins de paie « A vie », les loyers « 3 ans après départ du logement » etc. Ainsi quand nous ouvrons une pochette pour y ajouter un nouveau document on peut retirer facilement les documents obsolètes si il y en a.

Nous avons continuer ensuite les autres catégories, mais plus nous avancions, moins nous faisions le tri correctement, peut être par lassitude. Depuis j’ai fait un Minsgame, j’ai découvert le méthode d’organisation FlyLady, j’ai lu beaucoup de livre sur le rangement (il va falloir que je vous raconte tout ça ^^). En soit la méthode KonMari est une bonne méthode, mais je pense qu’il faut l’adapter à sa situation et surtout à sa personnalité. Pour ceux et celles qui auront envie de lire ce livre, je tiens à vous prévenir que outre le côté technique du livre, l’auteure raconte son histoire, celle d’une petite fille solitaire, passionnée par le rangement, peut être un peu trop. C’est assez sentimental et peut être même lourd, mais c’est tout de même un livre que je conseille si vous souhaitez faire le vide chez vous.

J’ai également lu L’étincelle du Bonheur de Marie Kondo qui est sortit depuis, je dois avouer que le seul côté positif de ce livre (car il reprend beaucoup le premier) sont les schémas de pliages à la façon KonMari. Si vous avez l’occasion, vous pouvez le feuilleter, mais on retrouve les tutos de pliages sur internet, donc ce livre n’est pas vraiment vital.

Ongles au naturel

Voilà un mois que j’ai décidé de laisser mes ongles respirer.

Je m’étais déjà séparé de mes vernis bariolés pour avoir des mains plus naturelles, ne gardant que mes vernis durcisseurs, protecteurs transparents. Mais je me rendais compte que mes ongles se dédoublaient toujours, qu’ils étaient mous et surtout très cassants. Bref la cata. Sans compter le vernis qui s’écaillait en fin de semaine et qui donnait un aspect bizarre à mes ongles. Du coup début janvier, au moment fatidique de la manucure hebdomadaire, je me suis demandé si ces vernis durcisseurs/protecteurs étaient vraiment efficaces étant donné l’état de mes ongles. Et j’ai décidé de faire le test, une semaine sans rien. Et franchement, j’ai survécu, mes ongles ont survécu et n’étaient pas dans un état pire qu’avec le durcisseur. J’ai décidé de prolonger l’expérience pour le mois.

Au final, mes ongles se sont durcis, ils sont moins cassants, même si ils se dédoublent toujours (je pense que ce n’est qu’une affaire de temps, le temps d’avoir une repousse solide sur tout l’ongle). Pour les soins je me contente de les limer (lime en verre achetée en magasin bio dans l’optique ZD) 1 à 2 fois par semaine et de les huiler (il me reste une huile spéciale pour les ongles que mon ancienne prothésiste ongulaire m’avait vendue, cette huile agit sur les cuticules et nourrit l’ongle, quand mon flacon sera vide je testerais la recette de Béa Johnson ^^).

Pour les pieds me me contente de couper au coupe-ongle (trop long à la lime), je ne leur apporte aucun soin particulier car ils sont « beaux » et surtout très solides.

En conclusion un retour au naturel concluant!

Go végé -Round 2-

Vous vous souvenez l’année dernière je vous avais annoncé que j’étais devenue végétarienne. Je ne le suis plus pour raison médicale.

Lorsque je suis devenue végétarienne, je travaillais alors dans l’administration, j’étais assise, ne bougeais pas beaucoup, le fait de devenir végétarienne à cette période n’a alors eu aucune incidence. Mais lorsque j’ai changé de travail et que je suis devenue serveuse/vendeuse (donc rester debout et courir partout), j’ai vu mon poids dégringoler, une fatigue immense me submerger, bref la cata. Après discussion avec mon médecin généraliste, je suis retournée à la viande. Au moins le temps que je reprenne des forces et que je ré-équilibre mon alimentation.

Je n’ai pas réussi à équilibrer mon alimentation lorsque je suis devenue végétarienne tout simplement parce que je n’ai pas pu manger autant de protéines végétales que j’aurais du, à cause de certaines intolérances alimentaires et aussi à cause de mon traitement anticoagulant dont les effets sont diminués par beaucoup d’aliments. Bref, je ne baisse pas les bras, le combat continue. Pour reprendre rapidement du poids, je me suis remise à manger de la viande, environ 3 fois par semaine. Maintenant que j’ai repris mon poids de forme, je vais tenter de réduire ma consommation de viande.

Cependant, même si j’arrive à nouveau à obtenir un équilibre alimentaire, je ne vais pas stopper la viande complètement. Je pense que je serais fléxitarienne, ou pour faire simple une végétarienne qui s’accorde de la viande ponctuellement. Histoire de ne pas faire ma pénible quand je suis invitée chez des amis et partager des moments plus conviviaux!

La Saga Vorkosigan Intégrale 1/Lois McMaster Bujold

C’est un ami qui m’a prêté le livre, il savait que j’avais bien la science-fiction et il s’est douté que ce livre me plairait. Oui l’histoire m’a beaucoup plus. Le seul bémol: je ne suis pas fan des gros livres (plus de mille pages tout de même), je les trouve lourds et longs à lire, je préfère quand ils sont encore scindés en petits livres, mais ce n’est qu’un avis très personnel.

Pour en revenir à l’histoire, tout se passe dans l’espace, à bord de vaisseaux, stations ou encore planètes étrangères. Les humains ont colonisé l’espace avec toutes les avancées technologiques que l’on peut imaginer.

Le livre débute 200 ans avant la naissance du personnage principal, Miles Vorkosigan. On assiste à la rébellion d’humains modifiés génétiquement, les Quaddies, qui suite à l’arrivée de l’apesanteur artificielle sont devenus obsolètes pour la société qui les a crée et réduits en esclavage. L’auteure s’est servi de ce décor pour placer en arrière plan le décor des guerres qui vont sculpter par la suite le monde de Miles Vorkosigan.

Quelques 200 ans plus tard, nous faisons la rencontre du capitaine Cordélia Naismith, alors en mission d’exploration au nom de sa planète Béta sur la planère Komarr. Elle fait alors la rencontre du commandant Aral Vorkosigan, un Barrayaran disposant d’une base sur cette même planète. Aral fait de Cordélia sa prisonnière mais peu à peu leur relation  va évoluer. Ils se retrouveront mêlés à bien des conflits et des guerres avant que la Bétane, Cordélia ne dise adieu à sa planète d’origine pour aller rejoindre Aral sur Barrayar.

Alors mariés, Aral se retrouve promu au poste de régent de l’empereur Grégor Vorbarra qui n’a alors que 5 ans à la suite de la mort de son grand-père Ezar Vorbarra, ancien empereur Barrayaran. Les deux jeunes mariés se retrouvent alors mêlés aux intrigues de la cour, à la corruption alors que la guerre gronde. L’histoire s’achève sur l’arrivée du petit Miles Vorkosigan, fils de Cordélia et Aral, qui suite à un empoisonnement pendant la grossesse de Cordélia se retrouve bien mal en point, un mutant aux yeux de son peuple qui n’accepte aucune faiblesse.

Je n’ai qu’une envie connaître la suite des aventures du petit Miles, mais ayant d’autres livres en attente je vais devoir patienter un peu!

Pour ma part ce livre est plutôt bien écrit, le récit très intéressant. Après il faut aimer la science fiction! Si je devais donner un point négatif, je dirais peut être que le début était peut être un peu long je dirais, cela manquait d’action, mais cela n’empêche pas d’avoir une lecture agréable. Un livre que je recommande!

 

 

Objectif 100 vêtements

Un de mes objectifs en 2017 et de réduire la taille de ma garde robe. J’ai déjà fait un premier tri suite à la lecture du livre de Marie Kondo, L’Art du Rangement, mais je trouve que mon armoire déborde encore et toujours. Cela fait quelques temps que je m’intéresse aux Capsule Wardrobe, une garde robe pensée pour faire un maximum de tenues avec un minimum de vêtements (le minimum varie énormément entre les personnes). Le but est de ne plus galérer le matin à trouver sa tenue et surtout d’avoir des vêtements de meilleure qualité (vu qu’on en a moins on achète mieux et on en prend d’avantage soin).

Bref, je me suis dit que cela serait une bonne idée de projet pour 2017. Le soucis c’est que je me suis fixé l’objectif des 100 avant de compter le nombre de vêtements que comportait mon armoire et l’objectif va être difficile à atteindre car au 1er Janvier 2017, j’ai exactement 258 vêtements… Oui j’ai tout compté, j’ai même retourné les paniers à linge pour ne rien oublier. D’un autre côté, je me dis qu’avec un tel score je ne peux que progresser. Il faut savoir cependant que je n’ai pas compté dans mon calcul les accessoires telles que les ceintures, je n’ai pas compter non plus les chaussures. Même si en parallèle un tri sera fait de ce côté-là aussi.

Pour plus de détail:

Culotte: 34
Chaussette: 48 (heu… comment j’ai pu atteindre un tel score?)
Brassière/Soutif’: 13
Collant: 8
Guêtre: 3
Legging: 5
Jupon: 1
Top: 14
T-shirt: 26
Chemise: 1
Sous-pull: 16
Pull: 7
Gilet: 5
Boléro: 1
Polaire: 6
Robe: 13
Short: 1
Jupe: 3
Jean: 12
Pantalon: 2
Veste: 3
Manteau: 3
Haut pyjamas: 5
Bas pyjama: 7
Nuisette: 1
Short Sport: 7
Pantalon Sport: 3
T-shirt Sport: 8
Veste Sport: 1
Robe de chambre: 1

Le but n’est pas de sortir des vêtements à tour de bras de mon armoire pour atteindre les 100. Il va falloir faire un tri rigoureux et conscient au fil du temps. Les pièces trop abîmées seront ré-utilisées pour mes travaux de couture ou alors partiront en filières de recyclage, celles qui ne m’iront plus ou ne me plairont plus iront à une association. Je ne pense pas que j’arriverais à redescendre à 100, mais si déjà j’arrive à passer la barre des 200, cela sera déjà un bon début!