Le registre des courses

Maintenant que je me suis vraiment prise de passion pour les cahiers et pour le suivi de tout et n’importe quoi, j’ai décidé de refaire un registre de courses. Il y a quelques mois, j’avais tenté d’en faire un, mais ce que je notais dedans ne me convenait pas, était trop contraignant, etc. Bref au bout d’un mois j’ai arrêté. Du coup quand j’ai décidé de changer radicalement ma façon de faire les courses (comme de faire le ménage, de vivre mon quotidien, bref quand j’ai eu le déclic que si je voulais profiter au mieux de mon temps il me fallait beaucoup d’organisation au quotidien), j’ai refais un cahier. J’ai farfouillé dans nos fournitures restantes de années scolaires (oui ça date et oui ils nous en reste beaucoup!) et j’ai trouvé les restes d’un ancien cahier de math (époque lycée) rose (bien sûr à moi ^^) grand format, grand carreau et à spirale. Un cahier qui finalement épouse merveilleusement bien mon projet.

Mon cahier repose sur un système de liste, la liste de menus de la semaine, la liste de courses et la liste des achats. Répartit sur une double page, j’ai une vue d’ensemble et c’est top. A gauche, je commence la liste des menus (lundi midi, lundi soir, mardi midi, mardi soir etc.) en précisant si je mange seule ou a deux (avec mon nouveau boulot je mange presque tous les midis à la maison et seule). Bien souvent mes repas du midi sont des restes de la veille (je fais attention a en faire un peu plus pour être sûre d’avoir à manger le lendemain), cela m’évite de faire de la cuisine juste pour moi (gain de temps, d’énergie etc.). Si j’ai pas de reste de la veille, je fais des repas rapide, comme des oeufs et du pain, des trucs basiques et nourrissants.

Une fois ma liste de menus effectuée (avec l’aide de blog, de magazine, de livre selon l’inspiration) je fais la liste des ingrédients dont j’ai besoin et en faisant le tour des placards pour voir ce que je peux utiliser. Si jamais j’ai un produit marqué sur ma liste mais que je possède déjà je le barre pour être sûre de ne pas l’acheter). Si certains ingrédients sont particuliers à une recette et que ce n’est pas un ingrédient que l’on utilise souvent, j’essaie de le remplacer par autre chose. Par exemple cette semaine je veux faire des galettes de polenta. Dans la recette il conseillait de mettre du parmesan. Sauf que le parmesan l’ogre n’en n’est pas fan, et comme je n’ai pas envie d’acheter un malheureux mini sachet pour une seule recette j’ai regardé d’autres recettes et j’ai vu que ces galettes pouvaient parfaitement être cuisinées avec du Comté. J’ai donc barré mon parmesan pour le remplacer par du Comté, parce que ça on adore! Je fais ça avec toute ma liste.

Une fois que ma liste est terminée, je la retranscrit sur un papier de brouillon (je le plie en huit, comme ça je garde une liste de petit format et un même papier peut me resservir plein de fois et vu qu’il a une taille >5*5cm je peux le mettre au recyclage ensuite) en précisant dans quel magasin je dois prendre tel ou tel ingrédient (je répartis entre Magasin Bio, Magasin de fruits et légumes, Supermarchés, Supermarchés Discount et le marché). Je vous rassure je ne fais pas tous ces magasins le même jour. Cela va dépendre de ma liste de courses, le Magasin Bio va surtout me servir à faire le plein de pâtes, riz, céréales etc. vendu en vrac et les produits d’entretien (donc j’y vais une fois par mois). Le Supermarché Discount est réservé à des produits particuliers ou au dépannage et quand je peux j’y vais à pied. Quand au marché, il a lieu le samedi matin (je ne peux plus aller à celui du mardi matin à cause de mon nouveau travail) et j’y vais pour acheter mes oeufs et du fromage à ma crémière préférée. Ma résolution est d’y aller à pied ou à vélo histoire de faire un peu de sport en même temps. Donc le lundi jour des courses, je ne fais que le Magasin de fruits et légumes et le supermarché. Et comme les deux magasins sont dans la même zone, je me gare sur le parking du magasin ou j’aurais le panier le plus lourd et je vais au second à pied.

Une fois rentrée des courses, je me sers de la page de droite de mon cahier pour faire un tableau avec la date d’achat, le lieu, le produit acheté et si il est bio ou pas, le prix du produit, son prix au kilo (ou au litre) et si il est en promo ou pas et son utilité (j’utilise un code couleur, vert pour les indispensables comme les pâtes, orange pour les boissons, la viande car ce n’est pas indispensable et rouge pour ce qui est complètement du superflu des bonbons par exemple). Si jamais je dois restreindre mes achats, je sais d’un seul coup d’oeil ce que je peux restreindre, les sommes que cela me fera économiser etc. Bon pour l’instant j’en ai pas vraiment l’utilité mais on ne sait jamais. Et puis cela permet aussi de faire une comparaison entre les produits bio/non bio, les magasins, de constater les hausse de prix etc.

Bizarrement avec ce système je suis passée de 50/60€ de courses par semaine à 30€ (sauf si j’ai une grosse envie de cancoillotte et que je vais dévaliser le rayon fromage d’un magasin). Il faut attendre de voir si ce système fonctionne dans la durée maintenant.

Si comme moi vous avez un budget à ne pas dépasser (nous c’est 200€/mois pour 2 adultes), je vous conseille de retirer la somme en liquide dès que vous recevez votre paie (ou autre rentrée d’argent qui vous permet de vivre), rangez-là dans un pot et ne prenez que ce dont vous avez besoin (je prends 50€ pour une semaine). Ainsi vous ne dépenserez pas tout votre budget en une seule fois, si vous n’avez pas l’argent pour payer, retirer du chariot/panier tout ce qui n’est pas indispensable. Et ce n’est pas parce qu’on a 50€ dans le porte-monnaie qu’il faut obligatoirement les dépenser, car cette semaine on a peut être pas besoin d’acheter de pâte et de riz mais la semaine prochaine si.

Ensuite tout au long de la semaine je me sers de mon cahier. Si nécessaire je rajoute les éventuels achats supplémentaires que j’ai pu faire. Ensuite sur la partie liste des menus, je coche les repas qui ont été respecté. Je barre ceux qui n’ont pas été respecté et par quoi ils ont été remplacé. Ainsi à la fin de semaine je peux voir facilement ce qui a été mangé ou pas sur mes dernières courses et donc ce qui est à manger en priorité.

Avec ce système je limite le gaspillage au maximum. Avant d’aller faire les courses, je fais le tour complet de mes placards, je n’achète que ce dont j’ai réellement besoin (du moins le jour des courses). Je prends les produits bruts au maximum afin de pouvoir les cuisiner comme j’en ai envie, cela me revient moins cher et c’est meilleur pour ma santé (et aussi parfois pour le porte monnaie). Mon objectif d’ici la fin de l’année et d’arrivée à tenir mon budget des 200€/mois pour deux adultes, car pour l’instant on dépasse tous les mois.

Et vous comment faites-vous vos courses?

Découverte du Bullet Journal

Bujo pour les intimes. Ce petit accessoire est un mixte entre l’agenda, le journal de bord, le journal intime, bref il fait tout. Du moins tout ce qu’est capable de faire un cahier…

J’ai découvert le Bullet Journal il y a peu (fin juin pour être précise) et j’ai trouvé dans ce système un excellent remède à mon mode de vie bordélique, à la procrastination dont je fais preuve etc… Bref, le Bullet Journal m’a permis de trouver une organisation et de remettre les pendules à l’heure.

Pour la petite histoire, le Bullet Journal a été inventé par un américain (oui oui un homme!) Mr Ryder Carroll. On retrouve ses tutos et présentations en vidéos sur le net (en anglais). Mais rassurez-vous, beaucoup de français (enfin surtout des femmes) s’y sont mis! Et le Bujo on en devient vite accro!

Pour faire un Bujo, vous aurez besoin d’un cahier (ou d’un agenda cela va dépendre de ce que vous préférez) et de stylos. Après si vous vous sentez l’âme d’un artiste vous pouvez compléter le kit avec des feutres, des stickers, des tampons, brefs faîtes-ce qu’il vous plait avec votre cahier! Il doit vous ressembler et surtout vous convenir. Pour ma part étant déjà accro aux loisirs créatifs, j’avais déjà beaucoup de matériel (feutres, stylos feutres etc…) Mais cela ne m’a pas empêché de craquer pour des autocollants, des masking tape (ruban adhésif coloré),des stylos et un beau cahier. Bon je ne vous cache pas que tout mis bout à bout, cela fait une petite fortune (j’ai craqué sur un cahier hors de prix c’est pas ma faute, et puis les masking tape ils sont tellement beaux!!!!). Si je peux donner un conseil à celles (et ceux) qui veulent se lancer dans le Bujo, ne faîtes pas de gros investissements dès le départ. Prévoyez un petit cahier de brouillon (qui vous servira d’entrainement) pour faire les plans de ce que vous souhaitez mettre dans votre Bullet Journal, faîtes un essai sur une semaine (voir sur un mois), vous verrez ainsi ce qui vous convient (ou pas). Et qui sait peut être que ce petit cahier de brouillon deviendra votre véritable Bujo finalement😉

Une fois le matériel acheté (au moins celui de base) il va falloir penser à la construction de votre Bujo, c’est-à-dire les pages, que vous tenez absolument à avoir. Parmi les pages les plus récurrentes on retrouve la page d’accueil, la page des puces (symboles pour les différentes tâches/action), l’index, le calendrier annuel, le calendrier mensuel, le calendrier hebdomadaire. Viennent ensuite les pages plus personnelles comme les pages souvenirs, les défis, les trakers (une variante de défis on va dire), les doodles (jeu dessins avec thématique), les suivi de poids, de lecture, les tableaux de tâches ménagères, bref tout ce que vous voulez/avez besoin.

Pour ma part mon Bujo est construit ainsi

-Accueil
-Puces
-Index
-Accueil Juillet
-Souvenirs mois de Juin (en fait c’était pour cacher un gros ratage au feutre)
-Calendriers hebdomadaires du mois de Juillet
-Synthèse mois de Juillet (les victoires et les défaites du mois, respect du budget, sortie qui m’a plu etc…
-Bibliothèque (page de suivi de mes lectures)
-Suivi énergétique (consommation eau, gaz et électricité)
-Carnet d’adresse (centres de loisirs, restos qui m’ont plu et où je  que je retournerais avec plaisirs)

Certaines pages sont basiques, d’autres plus personnelles. A vous de voir ce qui vous convient, la bibliothèque pour mois est utile car je lis tellement de livre, que souvent j’oublie ce que j’ai lu ou pas, cela me permet de retrouver les titres et surtout cela me permet de voir ce qu’il me reste à lire. Cette page me plait tellement que j’ai décidé de faire un Bujo Littéraire, c’est-à-dire exclusivement réservé à mes lectures (plus de détail dans un prochain article). J’ai besoin de mon suivi énergétique car j’essaie de réduire au maximum notre consommation (eau, gaz et élec) et le suivi va me permettre de voir une réponse aux efforts que nous fournissons (enfin surtout moi, l’ogre c’est pas trop son truc l’écologie!). Etc.

Ensuite à vous de domptez vos calendriers, pourquoi ne pas mettre les dates d’anniversaires sur le calendrier annuel (ou faire une page rien que pour ça!), sur le calendrier hebdomadaire, les rdv importants, les sorties prévues etc. Pour ma part, le calendrier hebdomadaire s’étale sur deux pages, comme ça d’un seul coup d’oeil je peux voir tout ce qui est prévu durant ma semaine au jour le jour (surtout pour les tâches ménagères!). Bref vous faîtes ce qui vous semble le mieux et si vous n’êtes pas satisfaits(tes), vous pourrez changer la semaine ou le mois suivant. Le Bujo est fait pour ça, il est modifiable à l’infini et permet de s’adapter à vos besoins.

Une fois que vous avez domptez le système et que vous avez envie de le décorer, investissez dans des feutres , des crayons, adaptez vos achats à vos besoin. Ne dévalisez pas le rayon papeterie, loisirs créatifs de votre magasin préféré sur un coup de tête, n’achetez que ce dont vous avez besoin, après si vous avez envie de vous essayez aux tampons, essayez de trouver quelqu’un qui en possède déjà afin de tester, car cela coûte assez cher et c’est encombrant. Je m’interdis d’acheter des tampons (en plus de ceux que j’avais déjà) car les motifs que je voulais acheter je peux parfaitement les faire à la main😉

La cagette anti-gaspi #3

La décision a été dure à prendre, mais cette cagette sera la dernière que je présenterais. Plusieurs raisons m’ont poussé à prendre cette décision:

  • Je suis obligée de prendre la voiture pour aller chercher ma cagette, du coup bilan carbone de l’opération pas bon du tout.
  • Ces cagettes remplissaient ma poubelle avec les films plastiques, les barquettes etc. Pour le ZD on repassera!
  • Les déchets verts que ces cagettes généraient, entre les fanes de radis trop moches pour être consommées, les salades pourries etc. ont rempli mon lombricomposteur. Il est officiellement plein, je ne peux plus rien mettre dedans, j’avais pour projet de rajouter un quatrième bac, je vais devoir le faire beaucoup plus rapidement que prévu!
  • Les cagettes se sont entassées à un tel point que j’ai du allé les jeté à la déchetterie.

 

Bilan mitigé donc quant à cette opération anti-gaspi. Certes j’étais contente d’avoir des fruits et légumes pour trois fois rien, mais personnellement je n’en peux plus des bananes! Je suis arrivée à saturation et je ne vous parle pas des radis! Ni des salades! Bref, pourquoi pas de temps en temps se laisser tenter, mais là je vais faire une petite pause!

Je vais tout de même vous présenter ma cagette, ou plutôt ma demi-cagette! En effet lorsque je suis arrivée au supermarché (cinq minutes après l’ouverture) il ne restait que deux cagettes, la première pas très intéressante, la seconde pas trop mal mais avec pas mal de doublons, quatre sachets de salade, plein de bananes (pour changer), deux sachets de brocolis, une boîte de tomate cocktail, une barquette de fraises. Je n’étais pas vraiment inspirée, tout comme une petite mamie qui essayait de convaincre une de ses amies de partager la cagette avec elle. Quand elle a vu que je bloquais sur la cagette, elle m’a demandé si elle m’intéressait, je lui ais répondu que oui, mais que cela faisait beaucoup de chaque légumes. Elle m’a proposé de partager la cagette car pour elle aussi cela faisait trop. Du coup nous voici parties à la caisse, elle m’a donné cinquante centimes et à récupéré deux sachets de salade, un sachet de brocoli, quelques bananes et la barquette de tomates. On était ravie toutes les deux! Et du coup on a un peu papoter sur l’opération!

DSCN4662[1]

Voici comment j’ai accommodé ces produits:

  • Fraises: coupées en dés, avec un filet de vinaigre de framboise et un peu de sucre
  • Bananes: cake à la banane et au chocolat
  • Brocoli: en purée maison
  • Salade: en salade (d’accord c’est pas drôle) avec de la vinaigrette maison

 

Même si j’arrête les cagettes anti-gaspi, je n’arrête pas la lutte contre le gaspillage alimentaire, bien au contraire! La suite au prochain épisode…

La cagette anti-gaspi #1

Avec un peu, beaucoup de retard voici les deux premières cagettes anti-gaspi que j’avais acheté. Vu la quantité, j’avais donné une partie des denrées à des amis.

DSCN4237[1]

 

Quelques idées recettes avec ces cagettes:

  • Poireaux à la vinaigrette
  • Soupe de légumes : carotte, vert de poireaux, salade, oignon
  • Aubergines marinées à l’origan (recette ici)
  • Coquillettes à la crème et aux champignons
  • Compote à la pomme et à la banane
  • Deux des citrons m’ont servi pour le ménage (ils étaient abîmés et je n’avais pas envie de les consommer)

La cagette anti-gaspi #2

La semaine dernière je suis allée chercher ma cagette anti-gaspi au supermarché à côté de chez moi, en fait j’ai pris deux cagettes, mais pour les semaines à venir je vais me limiter à une seule!

DSCN4390[1]

Pour ma semaine, j’ai donc eu beaucoup de fruits et légumes (enfin surtout des légumes):

  • 5 fenouils
  • 1 kit à ratatouille (3 oignons, 3 tomates, 1 courgette, 1 aubergine, 2 poivrons)
  • 3 bananes
  • 1 barquette de tomates variées
  • 2 avocats
  • 1 barquette de framboises
  • 1 paquet de sucrines
  • 1 pomme
  • 1 poire
  • 1 botte de radis
  • 1 kiwi
  • 1 barquette de 500 gr de champignons de Paris
  • 1 énorme tomate (Marmande il me semble)

 

Voici ce que j’ai préparé:

  • Framboises: ont été mangé tel quel, c’était le goûter de l’ogre.
  • Champignons: il fallait qu’on finisse absolument un paquet de galettes bretonnes le mardi soir, j’ai donc fait revenir une partie des champignons dans une poêle, j’ai préparé une béchamel, j’ai nappé mes galettes de béchamel, de champignons et de fromage râpé, l’ogre a adoré. J’ai complété le repas avec une sucrine. Le reste des champignons a été mangé poêlé avec des pâtes et de la crème fraîche.
  • Kit à ratatouille: j’ai mis de côté les oignons du kit à ratatouille car j’en avais des frais à manger en priorité, j’ai laissé les tomates de côté aussi et j’ai mis la tomate Marmande (à laquelle il manquait un morceau) et une tomate Evergreen qui s’était bien abîmé dans la barquette de tomates, j’ai utilisé l’aubergine et la courgette du kit. J’ai cuisiné les poivrons à part pour l’ogre vu que je ne peux pas en manger. Avec un bol de riz et des œufs brouillés cela fait un plat complet. J’ai congelé une partie de la ratatouille, car cela faisait beaucoup!
  • Pomme et poire : j’ai pris la pomme et la poire de la cagette pour faire une compote, j’ai complété avec deux pommes qui traînaient dans le frigo ainsi qu’une vieille banane dont la peau était toute noire, mais la chair bien blanche.
  • Fenouils: tout simplement en gratin, avec un petit risotto en accompagnement
  • Avocats: en guacamole bien sûr, j’ai également utilisé deux tomates de la cagette (une du kit à ratatouille et la tomate Roma de la barquette de tomates)
  • Bananes: je les ais mangé tel quel, pour un ptit dej’ plein d’énergie il n’y a rien de mieux!
  • Tomate:  celles qui n’avaient pas été cuisiné ont été mangé en salade
  • Sucrine: j’ai du en jeté une sur les trois, elle était pourrie, les deux autres ont été mangé en salade ou en accompagnement
  • Kiwi: dégusté à la petite cuiller évidement!

 

 

La magie du rangement, Marie Kondo

Avec la volonté de passer au Zéro Déchet, on passe presque toujours par la case minimaliste. Se débarrasser du superflu, ne garder que l’essentiel, afin d’avoir moins de chose à entretenir, les conserver plus longtemps etc. Les raisons qui poussent au minimalisme sont diverses et sont personnelles.

J’ai commencé à faire un peu de tri chez moi il y a quelques mois, je trouvais notre appartement trop encombré, étouffant. Mais je n’arrivais généralement pas à trier correctement et comme je n’ai plus de place (pour le moment) à la cave pour stocker les objets qui ne seront pas conserver et qui doivent être vendus, j’ai tous laissé dans les placards, ou dans des boîtes au dessus et en dessous des placards, bref encore plus le bazar. C’est alors que je suis tombée sur le livre de Marie Kondo, La Magie du Rangement. Dans ce livre on découvre la méthode KonMari, qui découle du nom de l’auteure. La méthode de Marie Kondo consiste à ne garder que les objets qui nous procure de la joie. Personnellement j’ai un petit soucis avec cette méthode, je ne vis pas seule, je vis avec l’ogre et les trois monstres poilus, quand je fais le tri je tombe sur des objets qui ne me procurent pas de joie, peut être même le contraire pour certains, mais je ne peux pas les mettre de côté étant donné qu’ils ne m’appartiennent pas ou qu’ils ont une utilité pour les monstres. Du coup je motive l’ogre pour qu’il trie lui aussi ses affaires, j’ai tenté de lui expliqué la méthode KonMari, quand on a bougé tout le salon pour l’arrivée du nouveau bureau on a refait un peu de tri dans le meuble télé, je lui mettais ses figurines dans les mains pour qu’il se rende compte par lui-même si ces objets lui procuraient de la joie. L’histoire a fini en crise de rire et juste une figurine cassée a été retiré du présentoir! Mais l’ogre a conscience qu’on a trop d’affaire, donc c’est déjà un bon début.

Dans son livre, Marie Kondo conseille de suivre un certain ordre afin de trier plus aisément sa maison et surtout elle prône un rangement par catégorie et non par pièce. Car il arrive bien souvent que des papiers soient rangés dans différentes pièces. Elle préconise également de commencer par les vêtements. Tri que nous avaons déjà fait il y a quelques semaines, mais sans suivre la méthode KonMari, nous n’avons pas gardé les vêtements qui nous mettaient en joie, mais ceux qui nous allaient et qui étaient encore en bon état. Des tenues pour le boulot et des tenues pour la vie perso. Je pense que lorsque l’on aura finit de trier entièrement l’appart on refera un tri des vêtements, mais étant donné qu’on a dégagé près de la moitié des vêtements de notre armoire, je pense que c’est déjà un très bon début. Marie Kondo conseille également certaines techniques pour plier et ranger ses vêtements, malheureusement, la technique principale consiste à plier les vêtements pour qu’ils tiennent debout afin de les ranger côte à côte et non empilés. Sauf que quand on a pas de tiroir pour les ranger ça marche moins bien…

Après les vêtements c’est au tour des livres. Et là c’est le drame! Enfin pour moi. Me séparer de mes livres et une chose affreuse et très difficile pour moi. Mais j’ai tout de même rempli un carton de livres que je ne garde pas, bon d’accord si j’avais vraiment suivi la méthode KonMari j’aurais du en remplir deux ou trois, parce que normalement il faut aussi retirer les livres qu’on a acheté mais qu’on a pas eu le temps de lire et que l’on lira un jour… Mais je suis persuadée que je trouverais du temps pour les lire!!!!!!

Après je n’ai pas finit le livre, donc je ne sais pas ce qui vient ensuite!

Dans tous les cas, La Magie du Rangement de Marie Kondo est un livre que je conseille, que l’on soit adepte du rangement ou pas. C’est un livre intéressant et très axé sur la spiritualité. En effet Marie Kondo explique qu’il est important de considéré ses objets comme des objets vivants, qu’en avoir moins permets de mieux les considérer, les apprécier. Et bien sûr elle rend hommage à chaque objet jeté. Elle remercie l’objet d’avoir été utile (un objet est toujours utile, dans le sens où si il vous permet de savoir que vous n’aimez pas tel type de vêtement ou telle couleur cet objet aura été utile étant donné qu’il aura été l’élément déclencheur de la compréhension).  Le seul truc qui me chiffonne dans ce livre, c’est qu’elle parle tout le temps de jeter. Moi qui suis anti-gachi-en-tous-genres cela me gène un peu. Perso je ne jette pas, sauf les trucs vraiment cassés et qui n’ont plus d’utilité, je donne ce qui a assez peu de valeur et j’essaie de revendre le reste, histoire de financer les nouveaux meubles de l’appart! J’en ai discuté sur un groupe (face de bouc) dédié à Marie Kondo et son livre. On me conseille de me séparer le plus rapidement de mes objets au lieu de les garder dans des cartons pour les vendre, cela évite la pression de devoir les vendre, de contempler l’amoncellement d’objets à vendre etc… Donc je pense que c’est à chacun de décidé ce qui est le mieux pour lui, se débarrasser de tout au plus vite ou tenter de vendre.

Je referais un petit billet une fois que j’aurais fini le livre, en attendant je vous souhaite un agréable rangement.

La cagette anti-gaspillage alimentaire

Depuis un mois maintenant, un supermarché discount près de chez moi a lancé une opération anti-gaspillage alimentaire. Au lieu de jeter les denrées alimentaires qui ne peuvent plus être vendues à cause de leur fraîcheur un peu passée ou parce que le paquet est abîmé, il propose ces produits à prix réduits. Ainsi on peut trouver des cagettes de fruits et légumes (entre 2 et 5 kg) à 1 euro ou encore un paquet de biscottes abîmé à 20 centimes. Je tiens à préciser que ce magasin a une surface trop petite pour répondre à la nouvelle loi qui oblige les supermarchés de +400m2 à donner leur invendu à des associations type Resto du Coeur, Secours Populaire etc. Je tiens à faire cette précision car lorsque j’ai parlé de cette initiative sur un groupe de ZD, j’ai eu des retours positifs, mais aussi des retours négatifs. Certains applaudissaient la démarche, tandis que d’autres me faisaient remarqué qu’il valait mieux que je mange exclusivement bio, qu’il ne fallait pas que je fasse mes courses en supermarché etc. Autant vous dire que j’ai été très déçue de ce genre de réactions, j’ai conscience que les produits issus de l’agriculture industrielle (et intensive) ne sont pas top, mais je ne peux pas acheter tout bio. Enfin si, je pourrais, mais alors je pourrais faire une croix sur tous les à côté (resto, week-end, ciné etc.) ou je devrais cesser de mettre des sous de côté pour le jour où on aura un pépin et qu’il faudra racheter une voiture, un frigo etc. Bref,  ces personnes ne connaissent pas ma vie, ni ma situation professionnelle et/ou financière, donc je ne peux pas leur en vouloir (enfin si un petit peu mais c’est humain non?).

J’ai donc décidé de couper la poire en deux, je continue à faire mes achats au marché, je prends mes œufs et une partie de notre fromage auprès de notre crémière locale (élevage à moins de 30 km de chez nous), je prends une partie des mes légumes au maraîcher bio chez qui j’ai fait un stage l’année dernière (exploitation à moins de 30 km de chez nous). Je prends la majeure partie de l’épicerie en vrac soit au magasin bio soit au rayon bio de notre hypermarché. Et du coup le reste, je suis obligé de le prendre soit au supermarché soit à l’hyper. Donc la cagette de fruits et légumes à 1 euro est la bienvenue! Cela me permet  de compléter le panier bio que je prends auprès de mon maraîcher.

Pour l’instant je ne suis allée que deux fois chercher des cagettes, à chaque fois j’en ai pris deux. Je me rends compte maintenant que cela fait beaucoup, surtout que les produits doivent être cuisinés et consommés rapidement étant donné qu’ils sont abîmés. Du coup pour les semaines à venir, je ne prendrais plus qu’une seule cagette. Et bien sûr je ferais un article avec les recettes que j’ai pu faire avec ce qu’il y avait dans ma cagette!!

 

Luttons tous ensemble contre le gaspillage alimentaire.